Analphabètes

Dimanche, 15h30. Le « brunch », réussite commerciale de la décennie en restauration, tire à sa fin. Kevin, Léa, Clara, Seb et moi-même sommes sur le pont depuis 10h30. Le coup de jus de la semaine, c’est maintenant. 200 couverts voir plus, surtout entre 12h30 et 15h. « C’est la guerre », comme se plaît à le souligner Kevin. D’autant plus qu’un brunch est bon enfant : il est rare de ne pas avoir de la marmaille hurlante partout dans le restaurant. Quoi qu’il en soit, à 15h30, on en voit le bout, on lève le pied ; les tournées clopes s’organisent, nous échangeons à nouveau autre chose que des ordres et des informations relatives au service.

Une famille s’installe, 3 adultes, 2 enfants, à l’intérieur. C’est le moment opportun. Les serveurs sont plus détendus, souriants, relâchés. Kevin s’y colle, sourire aux yeux, blague à la commissure des lèvres. De mon bar, je me dis qu’ils vont passer un bon moment. Kevin arrive toujours à faire rire, ou sourire, à créer ce contact qui fait penser à une table qu’elle est spéciale, qu’elle passe un moment spécial. Et, fait rarissime chez les serveurs, il le fait avec honnêteté, de bon cœur.

Alors qu’il se tient, debout, attendant la commande ou la moindre possibilité d’amorce d’une conversation, le père sermonne sa fille de 4 ans. Et dit l’impensable :

-Tu vois chérie, c’est pour ça qu’il faut faire des études : pour ne pas faire le même travail que le monsieur….

Kevin est une perle rare, un serveur expérimenté qui a su garder une gentillesse sans bornes. Il n’a rien dit, a pris la commande aussi dignement qu’il le put, et vint nous raconter l’histoire. Cela aurait pu en rester là si nous étions en plein rush. Mais Léa décida que c’était l’humiliation de trop, et durant une heure, les allusions à peine voilées fleurirent dans tout le restaurant :

Léa à Kevin, fort :– bah Kev’, si t’avais eu ton bac, tu l’aurais su qu’il y avait plus de fish&chips !

Moi, à Léa : – tu peux t’occuper de la caisse stp ?

-Ben bien sur, j’ai un master 2 t’sais, je sais compter !

Il en fut ainsi tout l’après-midi. Le client, sa famille, partirent discrètement, têtes basses. Et laissèrent un bon pourboire. À mon grand dam, les serveurs le prirent.

Il y a des choses qui ne s’achètent pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s